Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» 3/01. Unité Ichi
Tremper l'Acier [Shinrin Shinpachi] EmptyAujourd'hui à 4:24 par Shimajima Yugure

» 3/05. Nara et Bakuhatsu
Tremper l'Acier [Shinrin Shinpachi] EmptyAujourd'hui à 3:39 par Nihito Meho

» Maeda Hori
Tremper l'Acier [Shinrin Shinpachi] EmptyAujourd'hui à 3:24 par Maeda Hori

» L’Île aux cailloux bleus
Tremper l'Acier [Shinrin Shinpachi] EmptyAujourd'hui à 1:41 par Uzumaki Sazuka

» Bagarre, patrouille et discussion [Eri Hagashin]
Tremper l'Acier [Shinrin Shinpachi] EmptyAujourd'hui à 1:25 par Hagashin Eri

» 2/03. Unité sud
Tremper l'Acier [Shinrin Shinpachi] EmptyAujourd'hui à 0:37 par Raibura no Kyūsei

» 4/04. Unité n°4
Tremper l'Acier [Shinrin Shinpachi] EmptyAujourd'hui à 0:15 par Seiun

» 2/01. Unité nord
Tremper l'Acier [Shinrin Shinpachi] EmptyAujourd'hui à 0:03 par Mawehara Miyuki

» 3/06. Nagamasa et Naari
Tremper l'Acier [Shinrin Shinpachi] EmptyAujourd'hui à 0:02 par Kawano Una

» Dans l'ombre des Kaguya [PV Nobuatsu Saji / Kaguya Wutu-Fuku]
Tremper l'Acier [Shinrin Shinpachi] EmptyHier à 23:28 par Kaguya Shitekka

Partagez

Tremper l'Acier [Shinrin Shinpachi]

Nomura Ieyasu
Nomura Ieyasu

Tremper l'Acier [Shinrin Shinpachi] Empty
Jeu 25 Juin 2020 - 23:37
Bivouaquer n’était pas confortable. C’était, aux yeux du Nomura, un fait avéré et indiscutable. Mais en dépit du repos somme toute limité qu’il pouvait glaner en dormant à la belle étoile, en mettant chaque fois sur pied un campement de fortune et en se mettant à l’abri des créatures rampantes en s’enveloppant dans une toile tendue entre deux troncs d’arbre, Ieyasu n’estimait pas avoir vraiment le choix pour le moment. Car ce qu’il perdait en confort, il le gagnait indubitablement en sécurité. Le jeune homme ignorait si il pouvait encore être poursuivi par les forces seigneuriales de Tetsu. Il ignorait si il pouvait placer une totale et absolue confiance dans ce Shinpachi, en dépit de leurs rapports à priori franchement amicaux. Et pour ce qu’il en savait, il n’était pas à l’abri que quelqu’un, qui que ce soit, ait pu se mettre en tête de lui dérober ses Ryos durement gagnés, et cela il ne pouvait absolument pas se le permettre. La forêt, sauvage et intimidante, restait donc pour l’instant sa meilleure amie.

Au réveil, avant que le soleil ne se mette franchement à réchauffer l’atmosphère, Ieyasu sortit de sa torpeur nocturne, remballant consciencieusement ses affaires et consommant un peu des vivres qui lui restaient. Il avait encore un peu de temps, avant que l’heure de son rendez-vous avec le Lieutenant de l’Empire ne vienne : avec la patience de l’ermite, il écuma donc les sous-bois, un sachet en toile à la main, pour prélever les variétés de plantes les plus facilement exploitables sur lesquelles il tombait. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’il trouva d’ailleurs au détour d’une petite clairière un plant d’aconit, qu’il s’empressa de dévaliser en ne laissant que le strict nécessaire à sa repousse. Cette plante, se rappelait-il, permettait d’avoir l’esprit plus clair et aiguisé, quand elle était préparée d’une certaine façon. Poursuivant ses recherches, le jeune Nomura récolta ensuite plusieurs autres plantes plus communes, dont des chèvrefeuille très utiles pour lutter contre les empoisonnements.

Satisfait par sa cueillette, le bretteur redescendit de la crête pour rejoindre le vallon, bien décidé à mener la joute qui s’annonçait avec le plus de sérieux et d’application possibles. Car pour ce qu’il en savait, de sa prestation ce matin-là dépendrait peut-être certains contrats juteux qu’il pourrait obtenir plus tard. Le moment fatidique, attendu et redouté, où il devrait réellement faire ses preuves était arrivé. Sur place, il largua au sol son petit paquetage en soufflant un grand coup, évacuant le plus de pression possible. Il avait gardé sur lui ses plaques de protections, mais avait laissé son casque scellé dans l’un de ses rouleaux. Ieyasu, pour une raison qui lui échappait, avait le pressentiment qu’il allait en effet avoir besoin de toute la visibilité possible lors de l’affrontement amical qui allait se tenir… et ce fut la main sur la garde de son katana qu’il finit par se retourner vers la présence qu’il venait de sentir approcher.

« ...Bonjour Shinpachi. Je suis frais et dispo… et prêt au combat », dit-il en dégainant lentement son katana en faisant sonner l’acier contre le fourreau.

En son for intérieur, Ieyasu mourrait d’envie de montrer ce dont il était capable. Mais il était également très pressé… de survivre à cette journée.


@Shinrin Shinpachi
Revenir en haut Aller en bas
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Tremper l'Acier [Shinrin Shinpachi] Empty
Dim 28 Juin 2020 - 13:54
PAYS DU FEU | 火の国の物語


Son corps endolori par le labeur du jour précédent, le cabalistique Shinrin cavala toutefois sur toute la distance qui séparait le campement temporaire des armées teikokujins qu’il avait rejoint du point de rendez-vous qu’ils s’étaient fixé pour pouvoir poursuivre le négoce entamé. Si bienveillant qu’il était, le Lieutenant était assez fin d’esprit pour avoir envisagé de troquer le talent de Ieyasu contre quelques possibilités pour la suite de ses projets ; en cela, le guerrier sans attache était le candidat parfait pour lui permettre de voir plus loin.

Devant lui, le paysage se mutait en collines boisées et ce fut au bas de ces dernières que ses deux orbes de feu, scrutant l’ensemble du territoire, décelèrent la présence de son camarade du jour. D’un mouvement fluide et léger, il tracta sur les rennes de son coursier afin de ralentir son trot, et le cavalier arriva de fait à faible allure. A une bonne distance du mercenaire, il attacha son cheval en se contentant de la branche assez épaisse d’un arbre ; il prit soin de bien la nouer, au risque que, épouvanté par le duel, ce dernier ne se mette à tirer trop fort dessus et ne parvienne à se détacher. De ses flancs, il décrocha son pavois de bois ainsi que sa lance pliée en deux, qu’il assembla sans hâte. Armé tel un phalange, il s’approcha de Ieyasu qui l’attendait, ses mains déjà posées sur la garde de sa lame. Son costume noir, brodé de motifs nuageux, paraissait flotter dans les vents ; la tunique, relativement légère, témoignait du crédit qu’il accordait à la souplesse et à l’agilité en combat.

Son arrivée fut donc relativement longue, ne faisant qu’ajouter à ce qu’il incarnait de sérénité et de non-dits ; car durant cette étape, il ne pipa mot et se contenta de laisser le doute éclore à l’intérieur de la psychologie de son futur adversaire ; ou du reste pourrait-on dire camarade d’entraînement. Foulant la verte étendue qui s’était placée là au milieu des collines boisées, semblable à une tâche dans ce décors d’ordinaire peuplé de troncs et d’écorces, il parvint finalement à portée de voix et inclina légèrement du chef pour saluer Ieyasu.

« Bonjour, Sekiro. Je suis ravi de te revoir ici. Ne perdons pas de temps, veux-tu. Je te laisse l’initiative du premier coup. »

Asséna-t-il calmement en plantant sa lance dans le sol, et en dressant son pavois devant lui, prêt à lui révéler sa véritable force.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 https://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi https://www.ascentofshinobi.com/u1170
Nomura Ieyasu
Nomura Ieyasu

Tremper l'Acier [Shinrin Shinpachi] Empty
Dim 28 Juin 2020 - 14:30
Voir arriver Shinpachi sur son destrier avait ce quelque chose d’impressionnant pour Ieyasu. Le jeune adolescent était pourtant coutumier du fait, après toutes ces années à voir passer les armées seigneuriales de Tetsu à travers les terres agricoles de sa famille, mais voir un seul homme avec autant de confiance en lui s’approcher ainsi était une toute autre expérience. Car si attaquer et vaincre une armée était absolument inenvisageable et impossible aux yeux du Nomura, vaincre un adversaire unique était théoriquement dans ses cordes.

Pourtant, alors qu’il observait le Lieutenant de l’Empire se préparer, pas à un seul instant le jeune homme ne se crut capable de l’emporter sur le soldat. Un manque de confiance en lui qui tranchait nettement avec la posture et l’aura dégagée par Shinpachi, mais qui reflétait également, et surtout, un manque d’expérience en la matière. Ieyasu avait confiance en ses coups, en ses gestes plus ou moins techniques acquis par la force de la répétition, des kata et de l’entraînement. Mais utiliser ces outils pour venir à bout d’un autre être humain était une affaire totalement différente : d’une certaine façon, percevoir aussi nettement le gouffre qui le séparait du Lieutenant avait cela de rassurant qu’il pouvait laisser de côté toutes les pensées parasites qui auraient pu le contraindre, celles qui auraient pu lui souffler qu’il risquait là de blesser un potentiel ami, un contact commercial important. Non, se dit-il résolument tandis que Shinpachi approchait, il ne risquait certainement pas de le blesser.

Une lance et un bouclier. Pas de pièce d’armure. Ieyasu avait beau n’avoir que des savoirs très théoriques sur le combat en duel contre un autre être humain, il savait qu’avant même que leur joute n’ait commencé, Shinpachi disposait déjà d’un avantage stratégique très perceptible. La portée de sa lance, sa défense déjà assurée, sa mobilité certainement supérieure,… Rien ne servait de baisser les armes si tôt, car il ne retirerait aucune expérience pratique en agissant de la sorte, mais le jeune Nomura se préparait malgré tout, en son for intérieur, à voir ses frappes et ses enchaînements déconstruits et décousus rapidement par son adversaire et partenaire.

« … Très bien », dit-il en raffermissant sa prise sur le manche de son katana dégainé.

Son arc, toujours attaché dans son dos, ne lui serait pas d’un grand secours une fois que l’engagement se serait resserré sur du pur corps-à-corps. Ieyasu passait aujourd’hui une forme de test, et devait montrer de quoi il était capable avant toute autre chose. Exécutant quelques pas de côté lents et calculés, sans réduire la distance, le bretteur garda sa garde haute et réactive. Puis, par un enchaînement qu’il avait maintes fois répété, il exécuta son alternance. Une main se sépara du katana pour aller chercher le manche de l’arc et le faire glisser de son épaule, tandis que l’autre main plantait le sabre dans le sol. En un instant, le mercenaire en herbe se trouva donc effectivement équipé pour un assaut à distance et empenna une première flèche, avec laquelle il visa consciencieusement en y injectant une quantité de chakra qui lui parut tout de suite déraisonnable.

*La hanche...*

La flèche fut décochée et aussitôt, Ieyasu se préparait une nouvelle fois à changer de posture et d’équipement.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Tremper l'Acier [Shinrin Shinpachi] Empty
Lun 29 Juin 2020 - 21:40
PAYS DU FEU | 火の国の物語


Le Lieutenant était très observateur. Depuis que le monde était monde, l’homme avait appris grâce à ses yeux et aux choses qu’il avait pu voir, et s’il avait évolué de façon significative cela était dû non pas à un sortilège, mais à une perpétuelle adaptation à son environnement. En ce jour, cela ne changerait guère ; Shinpachi, si expérimenté fut-il, n’était pas présomptueux au point de croire qu’il n’avait plus rien à découvrir, tout du contraire. Malgré son évidente aisance à se battre, il était ironiquement plus en danger que jamais et ce depuis quelques temps, faute peut-être d’avoir été trop gourmand, ou en tout cas d’avoir trop vite montré qu’il pouvait se montrer compétent ; chose qui, stratégiquement, ne tenait pas la route, il s’en rendait bien compte. A présent, son propre Capitaine voulait sa mort ; la chose n’avait pas été déclarée, mais il le savait.

Le Monarque des Bois risquait de lui faire trop d’ombre.

A l’aune de l’ouverture des hostilités, le mercenaire tira sa lame et se prépara ; puis, dévoilant l’expertise d’un geste répété, il changea de posture et s’arma de son arc, avant que d’encocher une flèche. L’homme du Teikoku observa ce mouvement avec une curiosité malsaine, jaugeant l’efficacité de sa technique ; restait à savoir s’il visait juste. La flèche encochée partît d’un trait et fonça vers lui, absolument véloce, et lui aurait sans doute transpercé le flanc si, d’un réflexe instinctif, il n’avait pas anticipé une esquive. Autant qu’il pouvait compter sur ses réflexes, il pouvait compter sur son expérience pour ne pas être pris au dépourvu par ce genre d’attaques, surtout à longue portée ; eut-il été plus proche, l’affaire aurait pu être différente ; quoiqu’avec le changement de posture, Ieyasu s’annonçait.

« Précis… »

Peut-être lui manquait-il quelque chose. Sûrement que cela lui manquait, par ailleurs. Originaire de ses idées les plus folles, un sourire s’incrusta sur lui, fendît ses lèvres d’un rayon de lune tourné vers le haut. Son albe dentition se révéla comme s’il montrait ses crocs, et par ce seul sourire il donna à son antagoniste une bonne raison de croire qu’une idée particulière s’était immiscée dans sa tête.

Derrière son pavois de bois, il effectua des mûdras ; dissimulés par sa protection d’écorce, ils ne pouvaient être connus que de lui. Shinpachi était habité par la malice, et savait jouer tant sur la dissimulation que sur la surprise pour semer le doute.

Terminant ses signes incantatoires, il ramena ses mains vers son faciès. Son pavois, accroché à son avant-bras, s’orienta sur le côté. Ses poumons se remplirent à tel point qu’il donna l’impression que quelque chose venait d’envahir son diaphragme, et c’était bien le cas : une brume opaque s’émancipa de sa bouche et s’étala tout autour de lui, plongeant la surface dans le chaos.


Il voulait voir ce que donnerait sa précision dans cet empire de brume.


Spoiler:
 


Dernière édition par Shinrin Shinpachi le Mar 30 Juin 2020 - 8:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 https://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi https://www.ascentofshinobi.com/u1170
Nomura Ieyasu
Nomura Ieyasu

Tremper l'Acier [Shinrin Shinpachi] Empty
Lun 29 Juin 2020 - 23:15
Était-ce par ce qu’il n’y avait jamais cru ? Parce qu’il avait commis une erreur technique, une erreur d’appréciation de la distance, du vent, de la tension dans son bras ? Cette flèche, dans laquelle il avait pourtant insufflé une quantité de chakra très importante, d’aucun dirait particulièrement coûteuse au vue de l’effort que cela avait demandé au Nomura, venait de terminer sa course dans le sol une dizaine de mètres dans le dos de Shinpachi. Mais, au fond… aurait-il pu s’attendre à un résultat différent ?

Le Lieutenant, songea-t-il. Ce homme était revenu ici, nous pas pour la gloire, non pas pour l’honneur et encore moins par bonté d’âme : si il était venu ici pour rencontrer à nouveau Ieyasu, qu’il connaissait sous le nom de Sekiro, c’était pour jauger de ses capacités, établir un profil… déterminer si, oui ou non, il pourrait être d’un quelconque intérêt pour son Empire du Feu. Et si il ne lui avait jusque là pas donner de raison particulière de lui rire au nez… il ne s’était pas non plus spécialement illustré, en dépit de la qualité de son tir à l’arc. Rapidement, le bretteur en repassa la corde contre son torse pour se libérer les mains et saisit à nouveau son sabre resté planté au sol. Le mouvement de ce Shinpachi avait été tellement fluide, tellement précis : jamais sa flèche n’avait eu la moindre chance de le toucher… ou bien, en avait-elle eu une ?

Le jeune mercenaire en herbe n’eut pas le loisir de réfléchir à la question, trop occupé qu’il était à suivre du regard le sourire et les gestes sibyllins du Lieutenant, qui venait de commenter sobrement le tir du Nomura. L’instant sembla durer une éternité, mais lorsque l’action reprit finalement, Ieyasu réalisa qu’il s’était laissé paralyser par l’appréhension. La peur du contre, la pire de doute. La peur de l’échec. Et à laisser à son adversaire le champ libre, il se retrouvait à présent à devoir en gérer les conséquences, lorsqu’un épais nuage de brume se mit à jaillir de la bouche du soldat confirmé pour envahir la zone et couper toute visibilité au jeune expatrié. Ses yeux automatiquement s’écarquillèrent, comme pour tenter de percevoir quoi que ce soit de plus que le mur blanchâtre qui s’imposait à lui dans toutes les directions. L’immobilisme, c’était la mort : Ieyasu avait beau être presque certain que le soldat de l’Empire ne lui voulait foncièrement aucun mal, il savait qu’il donnerait une piètre image de lui si il se laissait ainsi piéger. Alors, il décida d’agir, et de ne pas se laisser clouer sur place par ce premier Ninjutsu dont il était témoin d’aussi près.

Sabre au clair, il chargea d’abord droit devant lui, là où s’était trouvé Shinpachi au moment où la brume avait envahi la zone. Reprenant rapidement ses appuis, le bretteur tourbillonna alors en un tour complet, balayant tout autours de lui avec le plat de sa lame parcourue par un chakra particulièrement incisif qui dissipa localement la brume et le chakra dont elle était composée. Et alors, si il pouvait ainsi percevoir la moindre trace du Lieutenant de l’Empire… il se jetterait dans sa direction en exécutant une coupe en diagonal. Si il parvenait ainsi à clore la distance, à instaurer le corps-à-corps, alors peut-être… Oui, peut-être aurait-il une chance de montrer qu’il pouvait avoir la force de ses ambitions.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Tremper l'Acier [Shinrin Shinpachi] Empty
Mar 30 Juin 2020 - 11:06
PAYS DU FEU | 火の国の物語


Dans le territoire brumeux, il attendît. Ses sens se mirent en alerte au point de pouvoir déceler non seulement d’éventuels bruits de pas, mais surtout un flux chakratique, même flou. Une direction approximative. L’être duquel le voile s’était soulevé était à son aise dans cet élément. Le fait qu’il ne puisse plus voir lui-même lui était habituel ; souvent, il aimait à se soustraire à la réalité des yeux, à jouer avec les sens. Sous sa tunique de cendres noires, l’homme devenait ombre, spectre dansant dans l’invisible dimension.

La règle voulait qu’à deux, il savait prédire que le danger viendrait automatiquement de son adversaire. Le Lieutenant savoura cet instant tapissé de mystères, huma l’atmosphère lourde d’humidité qu’il avait sciemment créé tout en sachant qu’il pouvait lui-même se piéger. Au-delà de son avantage tactique, c’était là une épreuve pour le samouraï ; oui, car s’il devenait le prolongement de son bras armé, Sekiro devait savoir patauger dans l’imperceptible et déceler, à tâtons ou au culot, les vices cachés des différentes intrigues politiques. S’il ne voyait pas clair dans son jeu…

… peut-être Shinpachi le précipiterait-il vers une mort certaine.

C’est en songeant à ces périls encourus par le mercenaire qu’il attendit, dans le confort de voile brumeux, qu’on le tire de sa réflexion. Soudain, au cœur de ces nappes vaporeuses qui ceignaient la zone, la coupe d’une lame remplie de chakra fendît l’opaque nimbus ; l’intensité chakratique qui en découla attira aussitôt l’intérêt du teikokujin, qui ouvrit ses yeux en découvrant le mercenaire qui le chargeait. Audacieux, le guerrier se jeta sur lui en balayant l’air de sa lame en pleine course pour le pourfendre. Fort heureusement, l’homme qui faisait face à Ieyasu n’était pas le dernier loti lorsqu’il s’agissait de se battre au corps-à-corps ; tout du contraire, il adorait ça. D’un geste vif, il leva son pavois et accompagna la trajectoire du sabre de sorte à le dévier ; ce faisant, il s’assura du déséquilibre de son adversaire tout en poursuivant la course de son armature.

Le mouvement ne se figea pas. Il poursuivît sa course d’un seul et même élan, impulsé par la frappe du mercenaire, jusqu’à faire une course qui obligea son porteur à pivoter sur-lui-même ; une rotation totale qui continua de lui donner de la vitesse. Enfin, somme de tout cet élan, il asséna une frappe du plat de sa défense pour bousculer intensément son adversaire et le repoussa, au possible, sur plusieurs mètres.

La clé était dans l’enchaînement. Le nébuleux Lieutenant avait littéralement absorbé l’attaque de son antagoniste pour s’en servir contre lui en profitant de la vitesse engagée pour frapper plus vite et plus fort. Le mercenaire saurait-il réagir à une telle contre-attaque ? Le voile brumeux, ne se posant pas cette question, commença à reconquérir ses terres.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 https://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi https://www.ascentofshinobi.com/u1170
Nomura Ieyasu
Nomura Ieyasu

Tremper l'Acier [Shinrin Shinpachi] Empty
Mar 30 Juin 2020 - 23:08
Là. Il était là. Pendant un instant qui se perdit dans l’immensité de la brume, Ieyasu ressentit un geyser de contentement lui emplir le poitrail. Sa manœuvre, téméraire à plus d’un titre, et qui aurait pu aussi bien lui coûter très cher si il ne s’était pas décidé assez vite à passer à l’action, avait finalement payé, et le voilà qui était à présent en mesure d’attaquer à nouveau. Sitôt que ses yeux eurent la silhouette à peinée dessinée de Shinpachi en visuel, ses pieds réagirent au quart de tour pour l’orienter dans la position appropriée pour une nouvelle offensive, ses doigts dansant instinctivement sur le manche de son sabre pour faire de même. Mais de la frappe en diagonale idéale qu’il avait imaginé, de cette attaque incisive et déstabilisante qu’il avait espéré, ne jaillit qu’un coup sans envergure, et pour cause. Car celui-ci s’écrasa, ou plutôt même frotta, contre la targe de bois du Lieutenant, filant ensuite sur le côté sans autre effet que d’octroyer à sa cible une énergie cinétique qu’il n’avait pas avant.

Pour la première fois, le jeune bretteur en quête d’une identité qui lui permettrait de gagner de belles sommes d’argent se confrontait à ce qu’était réellement un shinobi. Un homme qui maniait la mort comme son outil, rompu à des techniques qui lui étaient mystérieuses, et aux réflexes affûtés à l’extrême. Aussi fier qu’il avait été de sa réaction face à la brume et de l’efficacité théorique de son enchaînement, il se retrouvait simplement à la case départ… et avec beaucoup moins d’énergie qu’il n’en avait eu moins d’une minute auparavant.

Pas le temps pour Ieyasu de tergiverser, cependant, surtout si cela devait lui coûter son immersion totale dans cette joute organisée. Shinpachi tournait…. et bientôt, son bouclier aurait effectué une rotation complète pour le frapper du côté opposé à sa frappe initiale. Dans l’urgence, il déporta donc ses appuis, tentant de parer le coup avec autant de souplesse que possible en plaçant sa lame en opposition, mais la nature du choc et son angle lui arrachèrent un rictus quand il sentit ses poignets se tordre et le bouclier continuer sa course jusque dans son épaule, le forçant à accuser le coup en reculant d’un pas franc et net. La mâchoire serrée, le jeune tetsujin de naissance passa en revue ses options : il était à portée de corps-à-corps, là où il avait voulu être à l’origine, et pourtant il pressentait son impuissance, même ici, face au soldat de l’Empire.

Au diable, pensa-t-il. Ce n’était pas le moment d’admettre son infériorité, ni de se poser des questions inutiles : il voulait du travail bien payé et cette personne, si elle l’en jugeait digne, pourrait lui en fournir. Sa posture tout à coup se stabilisa, se perfectionna, et son sabre dont la lueur scindait la brume dansa un bref instant devant ses yeux. Puis, après avoir initié son attaque avec un jeu de jambe rapide et subtile qu’il avait souvent pratiqué entre les branches des saules près de chez lui, il frappa. Son sabre fendit l’air en direction du pavois et, par extension, du corps de Shinpachi. Un coup puissant, rapide, qu’il avait tenté de perfectionner pendant de nombreux mois d’entraînement acharné. Une attaque qui représentait, en un sens… l’étendue de ses capacités.

...Mais serait-ce suffisant pour espérer mettre en difficulté le Lieutenant à la lance… ou ne serait-ce que le convaincre de lui accorder du travail ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Tremper l'Acier [Shinrin Shinpachi] Empty
Ven 3 Juil 2020 - 9:34
PAYS DU FEU | 火の国の物語


Ils avaient voué leur existence à une bataille de tous les instants et s’ils n’avaient été partenaires la veille, peut-être ces deux hommes se seraient-ils rencontrés en d’autres lieux et autres circonstances moins amicales que ce jour, lors de cet entraînement. Peut-être auraient-ils émis la volonté de s’entredévorer pour de bon, de dépecer l’autre pour le besoin de leur propre survie ; après tout, le camp où l’on se situait dépendait de facteurs aussi simples que l’endroit où ils avaient pu naître.

Mais en ce jour, Ieyasu chargeait à répétition pour prouver sa force au Lieutenant du Teikoku et espérer en tirer quelque contrat juteux pour se remplir les pognes et espérer pouvoir élever son niveau social ; ou du reste, rompre avec la vie paysanne qui l’avait accablé de trop longues années. Shinpachi ignorait tout de la plupart des étapes que le mercenaire avait dû traverser pour finalement se retrouver face à lui, mais il n’était pas dupe que quelque chose avait façonné l’esprit téméraire de ce guerrier. Et c’était de cet esprit qu’il s’était mis en quête : quelles étaient ses limites, quelle était sa force réelle ? Un homme n’était pas qu’un investissement de l’instant. C’était un contrat sur un long terme et, cette idée bien présente dans son esprit, il se plût à voir ce Sekiro charger de nouveau.

C’était là la meilleure stratégie possible. Dans le rideau de brumes, il appartenait à ce mercenaire de ne pas lâcher le Lieutenant d’une semelle tant pour éviter qu’il se dissimule dans le voile que pour l’empêcher d’avoir le temps d’effectuer ses signes incantatoires. Un pressing qui, dans l’esprit, fonctionna.

Voyant son antagoniste revenir à la charge Shinpachi prépara de nouveau son pavois de sorte à amortir l’impact. Mais la seule parade ici ne fut pas suffisante et contre toute attente le Lieutenant vit la lame fendre son bouclier et se planter dans son bras. Il poussa un gémissement de douleur, tandis que sur son visage se dessinait un rictus de douleur. Dans sa bouche, sa langue fut humectée d’un coup de fer et la tension due à cette nouvelle entaille dans son avant-bras fut quelque peu électrique ; désagréable et douloureuse. Le sabre était littéralement parvenu à fendre l’écorce, et avait attaqué sa chair. Le Lieutenant avait mésestimé la force de son adversaire, rompu au labeur de la terre.

« Hung… plus fort que je ne le pensais… »

L’entaille était profonde mais son membre demeurait encore en état de fonctionner, même avec difficulté et douleur. Il effectua sous son bouclier quelques mûdras pour renchérir derechef. Du pavois qu’il portait naquirent des piques incisifs d’écorce, menaçant de perforer son antagoniste. Et il ne s’arrêta pas là, à une maigre riposte qui lui semblait presque anecdotique. Il voulait prouver à Ieyasu que, s’il avait peut-être commis une erreur, il n’en demeurait pas moins quelqu’un de tout aussi redoutable d’un point de vue plus offensif. Les pics perforants n’étaient qu’une amorce, une façon de remettre Ieyasu à distance tout en le blessant potentiellement ; mais alors qu’il terminait cette attaque, il riposta plus franchement. Tirant sa lance, il asséna à Ieyasu trois estocades consécutives, de plus en plus puissantes, dans le but de briser son armure et de lui enfoncer la pointe de sa lance dans le corps. Baigné dans l’art du Kôjutsu, Shinpachi ne savait que trop bien l’avantage de la lance sur les lames ; Ieyasu saurait-il dépasser cette difficulté ?

Sa lame était peut-être souillée du sang de Shinpachi, il n'en demeurait pas moins que ce combat n'était pas terminé.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 https://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi https://www.ascentofshinobi.com/u1170

Tremper l'Acier [Shinrin Shinpachi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Hi no Kuni, Pays du Feu
Sauter vers: